A la veille de ne pas partir

Ces derniers temps, mon regard est happé par les tunnels naturels, par la manière dont les arbres, les arbustes, les plantes nous contournent, nous évitent, nous laissent passer, nous montrent le chemin.

Ces photos ont été prises dans la forêt de La Ferme des Ruats, douce et jolie chambre d’hôtes installée dans les contreforts du Morvan https://lafermedesruats.fr et pendant le confinement dans le bois de la Chapelle Hareng dans l’Eure.

Perdre le temps

Je plonge dans le quotidien des personnages, en acceptant leurs règles du jeu, leur cadre. Et je suis prête à prendre mon temps et accepter d’en “perdre” afin de pouvoir capter les gestes et les silences qui disent beaucoup, décrypter les visages, repérer un soupir, le regard dans le vague, et être à l’écoute. Je fais des films où j’aime trouver ma juste place, sans empiéter sur l’intimité que les protagonistes souhaitent préserver. J’aime filmer à hauteur d’homme et de femme avec distance et pudeur, et être ainsi proche d’eux. Être à l’écoute sans porter de jugement, c’est accepter que les distinctions tranchées et les oppositions franches soient moins évidentes. C’est cette épaisseur du réel qui m’intéresse.

Qui je filme

Je m’intéresse avant tout à celles et ceux qui sont dans l’ombre et la discrétion, et je veille à ne jamais installer des protagonistes dans un statut permanent de victimes, quel que soit ce qu’ils ont traversé. Je filme la bataille pour la vie menée par des personnages qui ont vécu un effondrement, et toujours je me concentre sur ce qui est vivant, en reconstruction ; la douleur et le passé sont en hors-champs. J’aime les montrer acteurs et actrices de leurs vies.

Mon film est dehors et je suis confinée à l’intérieur…

J’ai vu notre film des centaines de fois. Et pourtant, tant que je ne serai pas dans une salle de cinéma, je ne l’aurai pas vu.

Aujourd’hui, j’aurais dû être à Nyon pour Visions du Réel. Notre film Retour à Višegrad est en compétition nationale. Et je suis confinée.

Nous sommes tous confinés en France, en Suisse, en Bosnie-Herzégovine, en Serbie et en Slovénie : Antoine Jaccoud, mon co-réalisateur, Amel Djikoli, notre chef opérateur, Igor Iskra, notre ingénieur du son, Vladimir Pavlović, notre traducteur, Ervin Blažević, notre chauffeur et bien plus. Et aussi Budimir Zečević et Djemila Krsmanović, les personnages de notre film, et tous les élèves. Et nos fixers, Milan Višnjevac et Ruzica Marjanović. Et notre productrice Elisa Garbar aussi. Et notre monteur Dejan Savic. Et toute l’équipe de post-production de notre film, Rodney Musso, Jean-Baptiste Perrin, Jérôme Vittoz, Denis Séchaud. Et le musicien de la musique de notre film, Mario Batković.

Septembre 2018, la dernière fois où nous nous sommes tous vus. Ensuite pendant une bonne année, nous avons fait le montage, l’étalonnage, le bruitage, le sound design et le mixage. Fin mars 2020, nous étions prêts. Nous avions prévu de faire une projection privée en Bosnie pour retrouver tous les protagonistes de notre film début avril 2020. Et puis voilà. Il va nous falloir attendre encore un peu.

2020

En 2020,
Je vous souhaite de beaux paysages,
Qu’ils soient lointains ou proches,
Fictifs ou réels
Et d’être à l’écoute de celles et ceux qui vous demanderont :
” dites, qu’avez-vous vu ? “

Regard sur l’année scolaire passée…

Au cours de l’année 2018-2019, j’ai eu beaucoup de plaisir à consacrer du temps à des ateliers dans deux collèges de la Seine-Saint-Denis :

  • une fiction sur l’anarchiste Ravachol avec une classe de 3e de L’Île-Saint-Denis que vous pouvez voir ici
  • un extrait d’une comédie musicale avec une classe de 5e de Montreuil. Pour en savoir plus, c’est ici.

A l’automne, j’ai co-réalisé avec mon collègue Lorenz Findeisen deux formats courts sur les femmes en Irak, après deux séjours à Erbil et Soulaymaniah. Pour voir les films, c’est par là.

Je co-réalise un film en Bosnie avec Antoine Jaccoud. Quelques éléments ici.